Mieux consommer, moins gaspiller

Mieux consommer, moins gaspiller

janvier 11, 2019 0 Par Service Communication

30 kilogrammes ! Ce sont près de 30 kilos de nourriture par habitant qui sont jetés, chaque année, en France. L’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe), à l’origine de ce chiffre, précise que 7 kg de ces aliments sont encore sous emballage lorsqu’ils finissent à la poubelle…

Pourtant, quelques gestes permettent de réduire nombre de denrées perdues, chez soi, chez son commerçant et même au restaurant. Voici nos six astuces pour préserver en même temps l’environnement et votre porte-monnaie.

1. Consommez après la date de péremption

Cela peut paraître étonnant mais, oui, certains produits officiellement périmés sont encore parfaitement consommables. C’est le cas de ceux affichant les mentions « de préférence avant le » ou « à consommer de préférence avant le ». Cette date de durabilité minimale (DDM) est une recommandation : consommer le produit au-delà de cette indication est sans risque sanitaire, même des années après. Leurs qualités organoleptiques (goût, consistance…) seront simplement diminuées.

POUR EN SAVOIR PLUS >>> Peut-on consommer des produits périmés ?

En revanche, si l’étiquette indique « à consommer avant le » ou « avant le », la prudence reste de mise. Les produits soumis à cette date limite de consommation (DLC) peuvent être dangereux pour la santé lorsqu’ils se dégradent. Cependant, nous avons observé en 2017 que les yaourts – des produits soumis à la DLC – conservent leur qualité trois semaines après expiration de la date limite

Afin que ces produits ne finissent plus à la poubelle, certains appellent à une révision sémantique. L’entreprise Too Good To Go propose ainsi d’ajouter à la mention « à consommer de préférence avant le » les précisions « mais toujours bon après » ou « mais aussi après ». La société a publié une pétition en ligne à ce sujet, déjà signée par plus de 60 000 personnes.

2. Achetez des invendus

De grands distributeurs, tout comme des commerçants locaux, se lancent dans la vente d’invendus de leurs stocks. Cette pratique est censée être gagnante pour tout le monde : les produits ne sont pas jetés par le vendeur, et le consommateur bénéficie de tarifs avantageux.

Plusieurs applications facilitent cet échange. Les plus connues d’entre elles, Too Good To Go et Optimiam, proposent de commander en ligne un panier surprise composé des invendus du jour d’un magasin de proximité comme une boulangerie ou un restaurant. Il suffit ensuite de récupérer son achat, le jour même, dans la boutique. Chez Optimiam, le type de commerce (indépendant ou chaîne) et le montant exact du rabais est fourni. 

À LIRE AUSSI >>> Faites la fête sans gaspiller

Les denrées bientôt périmées sont aussi mises en avant directement dans les rayons de certains supermarchés. Pour faciliter la recherche du consommateur, le site web Zéro-Gâchis a développé une carte interactive qui référence ces produits dans près de 230 magasins.

3. Adoptez les bons réflexes dans les rayons

Acheter et cuisiner les bonnes portions, c’est déjà la garantie de ne pas se retrouver avec une profusion de restes sur les bras. Se fournir en vrac est intéressant pour choisir la quantité exacte dont on a besoin.

Cela tombe bien : un nombre croissant d’enseignes comportent des rayons d’aliments en vrac, notamment des féculents. L’association professionnelle Réseau Vrac a développé une carte interactive qui recense plus de 150 commerces spécialisés dans la vente de produits sans emballage. 

Pour celles et ceux qui préfèrent se tourner vers les supermarchés plus classiques, attention aux promotions et aux offres « format familial » alléchantes affichées en rayon. Non seulement elles ne sont pas toujours avantageuses pour le porte-monnaie, mais elles incitent à l’achat de grandes quantités qui ne seront parfois pas utilisées.

Dernière astuce au moment d’effectuer ses achats : bien vérifier les dates limites de consommation. Les produits à la plus longue DLC sont à privilégier pour éviter de les jeter s’ils sont stockés plus longtemps que prévu.

4. Cuisinez et réutilisez

Pourquoi jeter les épluchures de pommes de terre quand on peut les transformer en chips apéritives ? Et la peau de banane ? Autant la sublimer en financiers plutôt que de la mettre au compost ! La peau des fruits, légumes et féculents, souvent dépréciée en cuisine, contient de nombreux nutriments. De même que bien des tiges, fanes ou trognons. De nombreux ouvrages « anti-gaspi » et « zéro gâchis » fournissent des idées simples pour utiliser ces parties de produits comestibles, mais méconnues d’un point de vue gastronomique. 

Le mieux est bien sûr de sélectionner les produits portant un label « agriculture biologique » pour éviter les résidus de pesticides.